Start-up issues du CNRS, un pari d’avenir

Plus de 1 400 start-up issues des laboratoires du CNRS témoignent du potentiel économique des travaux de recherche et de l’esprit d’entreprise des chercheurs. Agiles et créatives, ce sont des vecteurs essentiels de diffusion de l’innovation qui contribuent au développement du tissu économique.

Des chercheurs entrepreneurs

Depuis la loi de 1999 dite « loi Allègre » qui a permis la mise en place de dispositifs de valorisation et contribué à l’évolution des mentalités, les chercheurs du CNRS peuvent s’impliquer dans la création d’entreprise. Créées sur la base de résultats valorisables de grande qualité, 80 % des start-up issues des laboratoires sont toujours en activité. Pour preuve de leur succès, certaines sont cotées en bourse et d’autres rachetées par de grands groupes. Plus du tiers de ces entreprises (38 %) relève du secteur des technologies de l’information et de la communication, la biologie et la santé arrivant en deuxième position (24 %), suivies de près par chimie et les matériaux (19 %).

Les quelques 1 400 start-up issues du CNRS depuis 1999 ont permis de créer près de 8 000 emplois.
Marie-Pierre Comets, directrice de l’innovation et des relations avec les entreprises

Des dispositifs de soutien

Soutenir la pré-maturation

Le CNRS a mis en place une politique d’accompagnement et d’encouragement à la création d’entreprise dans les laboratoires pour un transfert efficace des technologies. Un ensemble de processus et de moyens soutiennent la pré-maturation de technologies, et permettent d'accompagner les chercheurs-créateurs dans leurs démarches, d'évaluer le potentiel de mise sur le marché d’une innovation, d'entrer au capital de l’entreprise ou favoriser des partenariats ultérieurs.

Investir dans les start-up

Par le biais de CNRS innovation (anciennement Fist SA), sa filiale nationale de valorisation, le CNRS est déjà entré au capital de 26 start-up à fort potentiel d’innovation. Ces entreprises opèrent dans de grands secteurs de la recherche comme les technologies de l’information et de la communication, la biologie, la physique ou encore la chimie. Avec ces prises de participations, le CNRS s’engage à long terme aux côtés de sociétés prometteuses.

Site de CNRS innovation